LA LETTRE DU COMITE

 

 

 

 

La lettre du Comité de Défense du Site de Chamboux

9 Septembre 2002

Où en sommes-nous…

L’eau potable… À deux reprises (réunion du PLU du 17/05, réunion d’information de Liernais du 20/06) M. Poillot, Président du Syndicat Mixte de Chamboux, s’est refusé à faire état des réserves explicites que l’Agence de l’Eau Seine-Normandie formule sur le projet. Il s’est contenté de s’appuyer sur le seul argument que ce projet sera conforme aux lois sur l’eau.

Pour sa part, le Comité de défense du Site de Chamboux estime :
- que le seul respect des lois définissant ce type d’aménagement ne saurait faire oublier, qu’à la base, il s’agit d’un choix délibéré d’aménager ou de ne pas aménager le site du lac. Le Syndicat choisit de prendre volontairement les risques que la loi seule ne peut éviter.
- que l’esprit des textes protégeant le lac d’eau potable sera détourné : comment comprendre que la Déclaration d’Utilité Publique de 1983, arrêtée par le Préfet pour protéger le lac en expropriant ses rives, en instituant des périmètres de protection, soit assortie aujourd’hui de dérogations permettant de vendre ces mêmes rives, au delà des 10 mètres, à des propriétaires privés pour y établir des résidences de loisirs, des commerces, des équipements sportifs, etc…

Dans ces conditions, quel crédit peut-on accorder à une conformité (de façade) aux textes légaux sur la ressource en eau ?

Le Comité de défense du Site de Chamboux estime qu’au regard des risques annoncés et de l’enjeu que représente le lac (la sécheresse 2002 nous le rappellerait si nécessaire…), il est inconsidéré de vouloir urbaniser les rives.

L’argent public…. Les laudateurs du projet " Pierre et Vacances " mettent essentiellement en avant son intérêt économique (emplois directs ou indirects).

Qui peut croire que ces emplois ne seront pas des emplois précaires et déréglementés ?

Le Comité de Défense du Site de Chamboux :
- rappelle que la somme des intérêts privés économiques en jeu ne peut être assimilée à un intérêt général qui ,en l’occurrence ,est le maintien pour tous d’une eau potable au moindre coût.
-
estime que les énormes investissements d’argent public qui seraient consentis pour le centre ludo-aquatique ne serviront pas l’intérêt général des populations de la région mais celui du promoteur qui laissera ainsi les conséquences du risque d’échec à la collectivité.

Le conseil municipal de Saint Martin de la Mer devra se prononcer sur le Plan Local d’Urbanisme pour permettre ou non que les promoteurs présents ou futurs s’implantent à Chamboux.
Quel mandat les élus municipaux ont-ils pour modifier le P.L.U. dans le sens des intérêts du promoteur ?

Certainement pas celui de la centaine d’habitants de la commune qui se sont déjà clairement prononcés pour :
- ne pas mettre en danger l’eau potable.
- ne pas utiliser les fonds publics à des fins privées.
En conséquence, les élus municipaux devraient rejeter la modification du zonage du site de Chamboux. Nous espérons beaucoup de leur conscience et de leur bon sens !

A propos du parc Ludo-aquatique ?

Accueil des scolaires : ces équipements ne répondent pas à un but pédagogique scolaire ( qui est l’apprentissage de la natation ).
M. Poillot (20/06-Liernais) : " dans l’hypothèse où ça se casse la figure (on est dans le scénario hyper-catastrophe), à l’issue de l’emprunt, si ça ne marche plus, on laisse fermé…mais comme il n’y a plus d’emprunt, ça ne coûte rien…..il n’y a pas que des projets qui réussissent… "Tous commentaires semblent superflus…

Le Comité de Défense a rencontré…

- Le Président du Parc du Morvan qui a déclaré que les instances " politiques " du Parc donneraient seules l’avis concernant le projet " Pierre et Vacances " sans faire intervenir l’équipe technique du Parc.
- Les responsables de " Pierre et Vacances " : ceux-ci ont en effet souhaité rencontrer le Comité. Ils ont déclaré que c’était la première fois que leur groupe s’installait au bord d’un lac d’eau potable. Le comité a signifié au promoteur son refus global du projet.
- M. Suguenot, Député-Maire, qui a réaffirmé son soutien à notre comité.

retour à la page précédente